juillet 27, 2021

Agence Senegalaise de l'Information

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici

La France affirme que les problèmes tactiques et les obstacles à la reprise des négociations politiques sur le nucléaire iranien

PARIS: Les efforts pour reprendre les pourparlers nucléaires avec l’Iran ont été entravés par des “problèmes tactiques” et la situation interne en Iran, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères mardi 16 mars avant l’élection présidentielle de juin.

La France travaille avec la France, l’Allemagne et l’Union européenne pour amener les États-Unis et l’Iran à la table des négociations informelles qui seront la première étape du renouvellement de l’accord de 2015 qui a levé les sanctions internationales contre l’Iran. Contrôle son programme nucléaire.

Les deux parties ne veulent pas encore faire de compromis. Le nouvel an iranien cette semaine et la campagne électorale présidentielle en Iran compliqueront les choses.

“L’Iran a un problème tactique et une situation (problématique) interne, qui est une situation particulière car nous sommes très proches de l’élection présidentielle de juin”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lors d’une enquête au Sénat français.

Il n’a pas précisé quel était le problème tactique, mais malgré une option de retour aux négociations, les tensions persistaient et il fallait aller de l’avant pour calmer la situation.

“Nous envoyons des signaux aux Iraniens que ces revenus (pour l’accord nucléaire) pourraient conduire à une discussion plus large au-delà du JCPOA (accord nucléaire) sur l’instabilité régionale, mais aussi les capacités de missiles de l’Iran”, a déclaré Le Drian. “Revenir au JCPOA est un point de départ.”

L’Iran a refusé d’étendre ses pourparlers nucléaires à d’autres sujets. Depuis que les États-Unis se sont retirés de l’accord lorsque Donald Trump était président, l’Iran a progressivement réduit son respect de l’accord.

READ  La `` satisfaction '' des Six Nations France Pays de Galles ne changera pas